Qu’elle voyage ou reste au sein du Frac, l’œuvre se retrouve, un jour ou l’autre, exposée. C’est-à-dire placée au milieu d’autres, dans un agencement qui fait sens. Qui le décide ? Un commissaire ! Drôle de nom pour évoquer celui ou celle qui se plonge dans les œuvres pour construire des liens entre elles.

Les expositions peuvent être thématiques – par exemple autour du paysage, de l’amour ou de la bande dessinée – ou rendre compte du travail d’un seul artiste, ce qu’on appelle une exposition monographique.

Interview de Claire Jacquet, directrice du Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA, pour découvrir le métier de commissaire d’exposition

Pour chacune d’elle, le commissaire écrit un récit, développe une idée qui s’appuie sur chaque œuvre montrée. Le commissaire peut travailler à plusieurs, dans des projets de co-écriture avec des lieux partenaires qui rassemblent parfois jusqu’à quinze personnes !

Une fois le choix des œuvres arrêté, il faut imaginer la façon de les agencer dans l’espace, c’est-à-dire la scénographie.

Lesquelles mettre côte à côte ? A quelle hauteur les accrocher au mur ? Comment les éclairer ? Quel parcours inventer ? À chacun de le construire à sa guise, guidé par la feuille d’exposition mais aussi les cartels, ces petits indices sur le mur qui donnent le nom de l’œuvre, l’artiste, la date de création.

Vue partielle de l’exposition "Il est une fois dans l’Ouest" au Frac MÉCA